EGLISE SAINT PIERRE DU RIUFERRER

La Première mention date de 1820.
L’église actuelle, classée monument historique, a succédé à la primitive cellule de Saint Pierre, fondée vers 800 par le premier Abbé de Sainte Marie d’Arles, Castellanus 1er.
Cette église, propriété privée a été consacrée une seconde fois en 1159. Rien ne subsiste de l’église édifiée par l’Abbé Castellan.
Pas de possibilité de visite.

Lire la suite....

ABBAYE SAINTE MARIE D’ARLES SUR TECH

ABBAYE SAINTE MARIE D’ARLES SUR TECH Abbaye Bénédictine fondée en 778, l’abbaye Sainte-Marie peut s’enorgueillir d’être la plus ancienne abbaye carolingienne de Catalogne. L’église romane à trois nefs, abrite un grand orgue Schmidt du XVIIIème siècle. Le cloître gothique du XIIIème siècle est accolé à l’église. Sur le parvis de l’église, une sainte tombe, sarcophage […]

Lire la suite....

EGLISE SAINTE MARIE DE MOLLET

Dédiée à la Vierge, l’église Sainte-Marie de Mollet du XIIème siècle est classée monument historique. A l’interieur un intéressant sarcophage de 1322, un encensoir au poinçon de Perpignan daté de 1637 et un beau retable ornent le maître-autel exécuté de 1708 à 1725

Lire la suite....

ANCIENNES MINES DE BATERE

ANCIENNES MINES DE BATERE Le site de Batère est un site d’extraction minière important dans le département, c’est la mine ayant sortie le plus de minerai au cours de l’ histoire des Pyrénées-Orientales. On y sortait du fer bien sûr, le fameux fer du Canigou. La mine se trouve sur le territoire de Corsavy, à […]

Lire la suite....

LA SAINTE TOMBE

Sarcophage situé sur le parvis de l’abbatiale.
Appelé Sainte Tombe, il donne une eau qui se renouvelle sans cesse.
La tradition rapporte qu’il abrita pour un temps les reliques des Saints patrons d’Arles, Abdon et Sennen.
Objet de curiosité pour les uns ou objet de grande vénération pour les autres, il contribue, à lui seul, à établir la renommée de l’abbaye. Sarcophage de marbre blanc, il est le seul vestige conservé du sanctuaire paléochrétien installé dans le site des thermes romains (Les Bains d’Arles).
Au-dessus du sarcophage, se trouve la pierre funéraire de Guillaume de Gausselme (début du XIIIe siècle).

La Sainte Tombe est visible lors de la visite de

Lire la suite....

DOLMEN

DOLMEN Le domaine de Corsavy a été occupé dès l’âge du néolithique. Des vestiges d’un site datant de -1000 av JC ont été retrouvés ainsi que deux dolmens du mégalithique : le lieu dit « Cova de Rotllan » (Latitude : 42° 28′ 32 » N Longitude : 02° 35′ 32 » E) et le Dolmen du Pla del […]

Lire la suite....

CONSERVATOIRE DES TISSAGES

CONSERVATOIRE DES TISSAGES Le Conservatoire des Tissages d’Arles : ancien musée des Tissages Catalans (visite libre de l’atelier et vidéo de l’historique du Tissage en Arles) Pour les jours d’ouvertures contacter l’office de Tourisme Accueil groupes : Type de groupes : Paiements acceptés : Animaux acceptés : Parking pour autocar : Tarifs :

Lire la suite....

EGLISE SAINTE CROIX

VISIBLE DE LA ROUTE : Un Clocher-mur, peut-être postérieur à la construction primitive, prolonge en hauteur le mur chevet de la Nef et s’ouvre d’une double arcade à dessin légèrement outrepassé.
A l’intérieur, l’arc triomphal a été modifié et une voûte a été élevée plus tard. Il semble, en effet, qu’a l’origine il n’existait de voûte qu’au chevet, la nef étant charpentée.
Actuellement acquise par la municipalité d’Arles, pour le franc symbolique, la chapelle de Sainte Croix connait un début de restauration grâce aux efforts conjugués de la municipalité et d’une association de sauvegarde, sous les conseils des Bâtiments de France et la direction des Antiquités du Département.

Lire la suite....

CHAPELLE SANT MARTI

Située à l’entrée du village en arrivant d’Arles sur Tech, la chapelle Sant Marti fut consacrée en 1158 pour devenir l’église paroissiale, sa construction remonterait au Xème siècle. Actuellement en cours de restauration.

Lire la suite....

TOUR DE BATERE

Située sur la commune de Corsavy, la Tour de Batère surplombe le col de la Descargue, fièrement dressée sur un pic rocheux de la crête du Puig de l’Estelle, premier contrefort du Canigou. Les tours à signaux des Pyrénées Orientales sont un exemple unique d’un réseau complexe de surveillance et de communication développé à partir du XIIème siècle sur ordre de Jacques II de Majorque.
Des guetteurs y émettaient des signaux codifiés de fumée le jour, de feu lumineux la nuit, en particulier pour diffuser l’alerte lors des invasions normandes.
La tour de Batère communiquait avec les autres tours du Vallespir (une quinzaine) et la tour du Far, près de Tautavel. Ce réseau déclina à partir du XVème

Lire la suite....